Pourquoi la régénération est-elle au cœur de Terra Madre Salone del Gusto ?

15 Giugno 2022

La régénération est un thème transversal pour Slow Food : tout au long de Terra Madre Salone del Gusto, nous aborderons ce concept sous différents angles, en adoptant une approche (éco)systémique de ce que constitue l’alimentation aujourd’hui et ce que nous aimerions qu’elle soit demain, en dépassant les frontières politiques et en exploitant les savoir-faire de différentes communautés du monde entier.

La pandémie a modifié nos modes de vie en impactant différents types de relations : entre les individus, entre les communautés, mais également entre les humains et l’environnement. Les crises qui existaient déjà avant la COVID-19, notamment celle de l’équité et de l’égalité sociale, n’ont fait que s’aggraver et se complexifier face au contexte géopolitique international actuel.

Ces dernières années, les projets et les communautés historiques de Slow Food ont incarné un modèle marquant de force et de résilience, en s’adaptant à un monde en perpétuel changement. À Terra Madre, ces communautés montreront pourquoi elles représentent des sources d’inspiration pour faire face aux crises climatique, sociale et sanitaire actuelles et prévenir l’émergence de crises futures.

« La régénération se retrouve dans la nature : un arbre qui a perdu une de ses branches et la fait repousser, un sol appauvri par la monoculture et les produits chimiques qui se régénère grâce à des pratiques agricoles vertueuses qui garantissent des récoltes nourrissantes, un régime alimentaire diversifié et une existence digne, explique Edie Mukiibi, vice-président de Slow Food. Il est également possible de régénérer des régions montagneuses désertées en élevant des troupeaux sur pâturage de manière durable et d’inverser le dépeuplement des zones en altitude. Les écosystèmes des eaux douces et salées peuvent être régénérés grâce aux connaissances traditionnelles de certaines communautés qui se sont transmises leurs techniques pendant des siècles. Enfin, les villes peuvent se régénérer, en réduisant la distance entre les lieux de production et de consommation alimentaire. Cette distance, à la fois physique et psychologique, s’est élargie au cours du siècle dernier, en rendant la production alimentaire presque invisible aux yeux de tous. Ce fossé peut désormais être comblé si nous décidons de nous intéresser à nouveau aux origines de notre nourriture et de respecter ceux qui la produisent au quotidien, en défendant une alimentation bonne, propre et juste pour tous. À cet égard, Slow Food organise des activités de formation pour mieux comprendre et protéger la biodiversité internationale. »

La régénération doit également être une aspiration personnelle, vis-à-vis de nous-mêmes et de la nourriture que nous mangeons. « Alors que 2020 et 2021 étaient des années de résilience, l’édition 2022 de Terra Madre Salone del Gusto sera une édition de renouveau radical, un renouveau qui peut et doit partir de l’alimentation : en améliorant nos pratiques agricoles, nos systèmes de production et de distribution, en élaborant des politiques qui permettent véritablement aux communautés de développer des systèmes alimentaires locaux et des régimes alimentaires diversifiés, que ce soit dans les grandes villes comme dans les petits villages, continue Marta Messa, directrice de Slow Food Europe. Évoquer la régénération dans nos assiettes signifie chercher de nouvelles façons d’envisager notre alimentation : mettre en avant le rôle des légumes et des baies sauvages, souligner la biodiversité et sa richesse, par exemple. Pendant Terra Madre Salone del Gusto, les visiteurs auront la possibilité d’approfondir leurs connaissances au sujet de trois filières alimentaires qui ont une résonnance particulière avec le thème de la régénération. »

« Si nous souhaitons parvenir à une régénération réelle des villes, de la campagne, des villages, de la production et de la distribution alimentaire, nous devons dépasser l’opposition classique entre innovation et tradition, car elle nous maintient dans une dimension nostalgique et marginale, ajoute Carlo Petrini, fondateur de Slow Food. On peut parler de véritable innovation lorsqu’une tradition prospère. Les communautés constituent l’entité la plus innovante et la plus révolutionnaire, en étant capables de mettre en place des innovations réelles et durables, car elles se basent sur la sécurité émotionnelle qui peut produire un véritable changement de paradigme. Elles sont l’expression d’une innovation à la fois fortement ancrée dans les territoires et consciente du fait que l’héritage actuel a non seulement survécu, mais est en mesure de générer des effets positifs étendus. Les communautés sont joyeuses et festives, elles peuvent constituer à la fois un outil de changement et un objectif de renouveau social. C’est avec elles que nous devons entrer dans cette longue période de transition agroécologique qui nous attend. »